Le domaine de CosteCaserone

Situé sur la commune de Linguizzetta, à Bravone, le domaine de CosteCaserone s’étend sur les collines dominant fièrement la mer. Cette terre chargée d’histoire se déploie aux pieds des montagnes, sur un sol argilo-schisteux, où la vigne s’enracine. Un domaine riche de 36 hectares, dont 24 de vignes, en plus des oliviers et du maquis.

Présentation du domaine

Les vins CosteCaserone tirent leur appellation du ruisseau Caserone qui coule sur le domaine. Un clin d’œil entre terre et mer, qui fait écho à une terre riche d’inspiration.

Suivant une démarche de certification en agriculture raisonnée, le domaine décline en trois couleurs les vins CosteCaserone, AOP vins de Corse et IGP Île de Beauté.

Des traitements réduits au minimum, une nutrition rationnelle du sol qui permet d’exacerber la physiologie de la plante et sa résistance naturelle permettent la production de vins des plus purs et savoureux.

En donnant de nouvelles orientations au domaine, avec notamment l’élaboration du Suleone, vin atypique, très vite devenu la « Goutte d’or » du domaine, Brigitte démontre avec passion et élégance que le raisin et le vin peuvent aussi être une histoire de femmes.

Vin et Raisin : Une histoire de Femmes

Mettant à profit sa formation reçue au lycée agricole de Borgo à l’âge de 40 ans, puis à l’Université du Vin de Suze la rousse Brigitte BERTRAND-ORSINI avait un rêve : devenir vigneronne.

Preuve d’un dynamisme féminin, encrée à son terroir et en quête du meilleur, elle rachète finalement le domaine en 2010 et le baptise CosteCaserone. C’est sur ces terres qu’elle cherche à préserver, valoriser et transmettre une histoire et un savoir-faire.

Cette petite fille de viticulteur du Var, qui parle de la terre comme d’un besoin viscéral, est à l’origine d’une gamme de vins des plus appréciés par les critiques. Elle utilise son savoir pour élaborer de savantes combinaisons de différents cépages et propose des vins atypiques et authentiques, illustrant parfaitement les richesses de son terroir.

Une histoire qui s’apprend et qui se transmet, puisque la suite est assurée par sa fille. Une transmission qui se déroule aussi à l’occasion de stages œnologiques régulièrement organisés à l’hôtel Saint-Francescu, l’établissement qu’elle dirige à Moriani.